Horse Green Life

Le site des poneys et chevaux qui vivent au pré

Cheval au pré : Pourquoi lui choisir cette vie ?

Je commencerai par vous parler de mon expérience personnelle sur la vie du cheval au pré. J’ai pu constater par moi-même la différence flagrante de comportement de chevaux au box, quand ils basculent sur une vie au pré. On les sent bien plus sereins, calmes et posés. Nous avons tous vécu les sauts de moutons des premières sorties en hiver, de chevaux vivant au box ! Alors oui, quand on n’a pas peur, c’est fun, on en rigole etc…

Mais l’immense majorité des chevaux au pré (ou poneys), même après plusieurs mois sans être montés, ne feront pas ça. Ils ne ressentent pas ce besoin d’extérioriser leur trop-plein d’énergie. Tout simplement parce qu’ils bougent déjà toute la journée ! 😉

Les besoins fondamentaux des chevaux au pré

Au départ, j’ai mis mes deux ponettes au pré pour leur retraite. Aujourd’hui, je ne pourrai plus jamais faire vivre mon cheval, même jeune, dans un box. En les observant et en observant les autres chevaux, je réalise à quel point elles ont besoin d’espace et de visibilité sur leur environnement. Avec du recul, je réalise que la vie au pré leur permet de satisfaire leurs besoins fondamentaux, à savoir:

  • Manger.
  • Boire.
  • Marcher.
  • Dormir.
  • Avoir des interactions sociales.

Je vais dans cet article vous détailler les plus gros bienfaits de La Green Life sur nos Loulous.
 

Manger

Que nos Loulous vivent au pré ou en box, ils sont absolument tous de gros GOURMANDS ! Dans la nature, un cheval consacre environ 15 heures par jour à brouter. De ce fait, leur système digestif est toujours en fonctionnement. Idéalement, le cheval devrait pouvoir brouter toute l’année et se déplacer pour trouver sa nourriture.

En été, l’idéal est de les changer régulièrement son cheval de pré, afin qu’ils aient toujours de l’herbe à brouter. Attention au printemps, où l’herbe est parfois trop riche pour certains petits gloutons ! Je pense notamment à nos amis les shetlands. Par contre, avoir de l’herbe fraîche en hiver ça devient très compliqué ! Donc à défaut d’herbe, il faut leur mettre à disposition du foin, à volonté.

Le problème de la vie en box est qu’avec l’ennui et le manque d’espace, le cheval se jette littéralement sur ses repas et va manger beaucoup trop vite et en trop grande quantité. Cela peut entraîner pour nos Loulous des petits soucis digestifs, voire dans le pire des cas, des coliques. Je suis personnellement convaincue que beaucoup de chevaux partis trop tôt par une colique, auraient pu vivre plus longtemps avec une vie au pré.

Cheval au pré : s’abreuver

Comme chez les humains, l’apport en eau est indispensable à la survie de nos chevaux et poneys. Ils consomment en moyenne 30 litres d’eau par jour, qui peut varier de 10 à 60 litres par jour. Tout cela en fonction de : son poids, des conditions météorologiques, des aliments consommés et de ses activités physiques. L’eau permet au cheval de s’hydrater, d’avoir une bonne digestion, mais elle participe également à la thermorégulation. Lorsqu’il fait un effort, le cheval transpire pour réguler sa température.

L’eau doit être à température ambiante, même s’il faut très chaud dehors, il faut éviter de donner de l’eau trop fraîche à un cheval au pré. Cela créé un choc thermique dans son estomac et son système digestif, qui risque, dans le pire des cas, de déclencher des coliques chez votre Loulou.

Il est également important que le point d’eau soit bien propre. Lorsqu’il n’y a pas d’abreuvoir automatique, on utilise généralement de grands abreuvoirs (tonneaux, sceaux, bassine,…). Il faut veiller à ce que le contenant soit propre. Il faut retirer les éventuels débris ou autres qui seraient tombés dedans et régulièrement frotter les parois pour retirer les mousses vertes qui se créent.

La vie en box ne pose aucun problème sur l’apport en eau. C’est même bien plus simple d’avoir de l’eau bien propre, car souvent les boxes sont équipés d’abreuvoirs automatiques.

 

Se déplacer

Un cheval au pré (ou un poney), marche plusieurs kilomètres par jour. Au départ, je me demandais quand est-ce qu’ils pouvaient bien parcourir ces distances ! Mais finalement, en les observant, on peut facilement comprendre pourquoi. Quand on les regarder brouter, ils ne sont en fait pas à l’arrêt. Ils avancent pas à pas, pour trouver les meilleurs brins d’herbe.

Ensuite, quand ils vont boire, ou bien manger du foin, ils se déplacent dans le pré. Et pour finir, parfois, pendant leurs coups de folie ils galopent tous ensemble ! La marche assure à nos chevaux et poneys une bonne digestion, elle leur permet également de drainer des toxines et aussi de tonifier leurs muscles.

Il est très compliqué de faire marcher suffisamment un cheval qui vit au box. Même si on sort notre cheval tous les jours pour une séance de travail, il lui manquera tout de même du temps de marche. Car le travail et la marche, ce n’est pas pareil. Il existe une alternative: le marcheur, mais je suis personnellement contre le fait de mettre mon cheval ou mon poney dans une machine pour le faire marcher.

 

Cheval au pré : interagir avec ses congénères

Leur dernier besoin fondamental est celui de la vie en troupeau. Il est absolument certain qu’un cheval ne peut pas vivre seul, c’est un animal grégaire (qui a besoin de contact avec ses congénères). Avec mon expérience personnelle, je me rends compte que même à deux, nos chevaux et poneys sont moins épanouis que dans un groupe avec plus d’individus. Ils ont clairement besoin de vivre en troupeau et même s’ils se chamaillent ou ont l’air asociaux pour certains, la présence d’autres chevaux leur fait du bien.

La vie dans une écurie collective, au box, leur permets de se sentir en sécurité, proche de leurs congénères. Mais il manque tout de même les contacts physique: se sentir mutuellement, les gratouilles. Les interactions sont différentes de celles que l’on peut trouver au pré.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à lire mon article sur les interactions sociales chez les chevaux.

Pour ma part, cela fait quelques années qu’en été, je sépare mes ponettes de leur troupeau d’hiver. Cela me permet de les changer plus souvent de pré, pour qu’elles aient toujours de l’herbe fraîche pendant la belle saison. Pour l’hiver, je les place dans un petit groupe de chevaux ou de poneys, car je me rends bien compte que la vie en groupe leur fait du bien. La rencontre avec les congénères inconnus est toujours assez sportive ! Mais cela fini toujours très bien, avec une vie sociale plus active : les gratouilles, les petites chamailleries, les moments de folie, les petites dispute pour avoir la meilleure place autour du foin, toutes ces interactions qui font d’eux des chevaux plus épanouis.

Je suis d’ailleurs en pleine réflexion : ne vaut-il mieux pas une vie en troupeau avec moins d’herbe fraîche en été, plutôt qu’une saison d’été juste à deux mais avec toujours de l’herbe ?

Marine

4 réflexions sur « Cheval au pré : Pourquoi lui choisir cette vie ? »

  1. Merci pour toutes vos informations, c’est très clair et j’adhère totalement à vos conclusions!

  2. Très intéressant, vos louloutes ont de la chance ☺ Pensez-vous que même des chevaux, moins robustes que des poneys peuvent s’adapter au pré ?

    1. Merci ! 😉
      Je crois en effet que la majorité des chevaux peuvent s’y adapter. Il existe bien sûr des exceptions, qui nécessitent du coup des solutions alternatives; comme le mettre au pré en journée et au box la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page