Horse Green Life

Le site des poneys et chevaux qui vivent au pré

Mon cheval peut-il vivre seul ?

La réponse à cette question est assez simple : ABSOLUMENT PAS ! 😉 L’un des besoins fondamentaux des chevaux et poneys est de vivre avec ses congénères. 🦄🥰 Ils sont des animaux dits « grégaires ». Leur instinct les pousse à se rapprocher des autres individus de la même espèce et à adopter le même comportement qu’eux.

Je vous explique dans cet article pourquoi la vie seul est à éviter pour un équidé. Mais je vous propose également des solutions alternatives à la vie en troupeau, qui sont acceptables de mon point de vue. Tout le monde n’a pas les moyens, l’espace, ou encore le cheval qui permet de le mettre dans un groupe. 😇

 

L’instinct grégaire du cheval

Voici quelques comportements types qu’ont nos Loulous, qui illustrent parfaitement l’instinct grégaire. Dans le cas où l’un des chevaux du groupe prend soudainement peur et s’enfui au galop. Ses congénères vont eux aussi, poussés par leur instinct, partir. Même s’ils ne savent pas pourquoi…! 😂 Je pense que nous avons déjà tous, en tant que cavaliers, expérimenté ce phénomène ! Quand un des chevaux découvre un fantôme au fond du manège ou derrière un buisson et qu’ils partent tous d’un coup. 😇😝

Certains individus développent aussi un attachement extrême, voire même obsessionnel, envers un de leurs congénères. C’est le cas de Jade et Kobé, mes ponettes… Dès que l’une sort du champ de vision de l’autre, c’est panique à bord ! 😱😱😱 Cela m’a valu quelques belles frayeurs …! Il est quasi impossible de les séparer, sinon celle qui reste seule casse la clôture de leur pré. 😩

Dans la vie de troupeau au pré, quand un des chevaux va boire, ou manger du foin les autres y vont aussi. Tous les membres du groupe adoptent le même comportement, au même moment.

 

Cheval qui vit seul : conséquences

Pour un cheval au pré, la vie seule a généralement plusieurs conséquences :

  • Le manque d’interactions sociales, qui peut rapidement engendrer un état de dépression chez le cheval ou le poney. 😟 Même le plus asocial de tous a besoin de compagnons de la même espèce, pour son bien-être. Un cheval qui déprime mange généralement moins et il bouge peu, comme s’il était éteint. Je vous invite à lire l’article sur les interactions sociales pour en savoir plus.
  • Le sentiment d’insécurité, qui peut générer des problèmes de sommeils chez nos Loulous. 🥱 Un cheval qui vit seul va beaucoup moins dormir et sa qualité de sommeil sera bien moindre. Tout simplement car il n’a personne avec lui pour surveiller les alentours, pendant ses siestes.

En gros : La Green Life pour mon Loulou oui, mais jamais sans copains ! 😁🥰

Le cheval seul manque de sommeil

Contrairement à nous les humains (enfin la majorité d’entre-nous en tout cas..! 🙃), nos petits protégés n’ont pas le même cycle de sommeil. Ils dorment plusieurs fois par jour, environ une quinzaine de minutes à chaque sieste. 😴 Comme chez l’homme, il existe plusieurs états de sommeil, allant de la somnolence jusqu’au sommeil paradoxal.

Un cheval ou un poney qui vit seul est beaucoup plus sur ses gardes qu’un individu qui vit en troupeau. Celui-ci va garder systématiquement un œil sur son environnement ! 🤯 Il arrivera à somnoler de temps en temps, car cette phase de sommeil se faite debout. En revanche, pour atteindre le sommeil paradoxal, le cheval ou le poney doit être couché. La plupart des chevaux se couchent sur le flanc pour atteindre cette phase, qui constitue la position dans laquelle il est le plus vulnérable.

Ceux qui vivent en groupe peuvent compter sur leurs congénères pour surveiller les alentours pendant leurs siestes. Les chevaux font des tours de gardes. C’est à dire qu’ils ne dorment pas tous en même temps. 🧐 Un cheval qui vit seul n’a personne pour faire le guet pendant qu’il dort. Cela a pour conséquence sur eux de dormir moins et moins bien.

 

Les solutions alternatives

Il est toujours un peu compliqué d’avoir plusieurs chevaux, ou bien de trouver un ou des compagnons au nôtre. Que ça soit pour raison financière, manque de temps ou autre. Je vous propose ici des solutions alternatives pour éviter que votre cheval ne se retrouve totalement isolé.

Cohabiter avec une autre espèce

A défaut d’un troupeau de chevaux, vous pouvez présenter un copain d’une autre espèce à notre cheval qui vit seul. 🐐 A titre personnel, je pense que cette solution est effectivement « moins pire » que de laisser un cheval seul. 🤔 Mais qu’il est de loin préférable qu’il vive avec au moins un ou plusieurs chevaux.

Même avec un petit budget, il est possible de trouver des solutions. Un petit shetland par exemple, est une race robuste qui devrait engendrer bien moins de frais qu’un cheval. Même sans pouvoir monter dessus, ces petites boules d’amour sont très attachantes ! 😍😍  Vous pouvez développer de vrais relations avec eux.

Quitte à choisir une autre espèce, je partirai plutôt sur un petit âne. Ils ont environ les mêmes besoins qu’un cheval ou un poney. C’est vraiment l’espèce la plus proche du cheval. Par contre, vigilance avec les ânes, car certains chevaux en sont littéralement terrorisés ! 😱 C’est le cas de Jade et Kobé, mes ponettes, qui en ont une peur bleue. Certains d’entre vous connaissent cette anecdote de notre rencontre avec un âne ! 😆

Il est également possible de mettre une chèvre avec un cheval, mais il faut être très vigilant avec les clôtures car elles se faufilent absolument partout ! 😖 Les chèvres peuvent être très rigolotes et sympathiques. Avec une très bonne éducation elles sont des animaux très agréables. 🤩 En revanche, sans éducation elles peuvent très vite devenir de petits diablotins !

Une autre option serait des moutons, sauf qu’un mouton, ça se tond ! La tonte est une assez grosse contrainte, surtout si l’on n’a pas le matériel ou des amis qui sont en mesure de le faire.

Pour finir, la cohabitation avec les vaches est généralement évitée, principalement à cause des cornes qui sont un réel danger pour les chevaux. J’ai eu l’occasion de lire plusieurs témoignages de personnes ayant perdu leur Loulou suite à un accident avec une vache, c’est terrible !

 

La cohabitation séparée

Certains chevaux ou poneys ont des caractères bien trempés et ont du mal à cohabiter avec leurs congénères. 😤 Certains sont agressifs et empêchent tout le troupeau de s’alimenter ou se reposer. Quand d’autres sont totalement soumis, au point de se faire martyriser par les autres.

Dans le cas des chevaux dits « asociaux », il s’agirait plutôt d’un trouble du comportement. Cet animal étant grégaire, il a d’instinct besoin de ses congénères. 🙂 Bien souvent, ces animaux  n’ont pas reçu une vrai éducation de cheval : vie seul ou au box depuis toujours, problème de sevrage, traumatisme au sein d’un troupeau, etc…

Il y a également le cas des étalons, qui parfois peuvent faire peur aux autres propriétaires ! Difficile de trouver des colocs pour son cheval dans ces conditions. 😳 Il n’y a que très peu de pensions qui les acceptent et encore moins de propriétaires enclins à faire vivre leur cheval avec un étalon.

Pour tous ces chevaux, une alternative acceptable consisterait à le mettre dans un pré seul, mais avec des zones de contacts avec les copains. L’équidé isolé peut ainsi voir des congénères, communiquer avec eux et même les toucher au travers d’une clôture. 🧐

Cette solution permet d’avoir un cheval qui vit seul, mais qui n’est pas isolé de ses congénères ! 👌

Marine

Un commentaire sur “Mon cheval peut-il vivre seul ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page